Trouver les bonnes adresses « Pet friendly »

Rien de plus angoissant que de laisser son animal de compagnie dans un chenil pour les vacances.

Est-ce que l’on va bien s’occuper de lui ? est-ce qu’il va manger ? Je ne vais pas pouvoir l’amener partout…

Désormais ne vous posez plus ces questions, amenez votre animal de compagnie avec vous. Le Club Oscar est un Label permettant de classer des lieux ou les animaux sont acceptés.
Retrouvez toutes les informations sur le site internet Club Oscar Voyager et séjourner partout en France avec son animal de compagnie.

Une très bonne initiative pour lutter contre l’affluence d’abandons chaque été.

 

club oscar

Adoption se poser les bonnes questions !

Bravo vous avez décidé d’adopter un chien !
Vous vous lancez dans une relation merveilleuse et enrichissante.

Parce que l’adoption d’un nouveau chien est livré avec beaucoup de changements pour le chien et maitre du chien, nous avons listé un ensemble de points pour vous aider à rendre l’intégration aussi harmonieuse que possible.

Vous trouverez ci-dessous une liste de questions concernant toutes les personnes qui souhaitent adopter un animal de compagnie

  • Avez-vous d’autres chiens et comment vont-ils réagir à un nouvel animal de compagnie ?
  • Est-ce que votre maison est adaptée pour le chien que vous envisagez ?
  • Comment votre vie ou votre travail vont affecter votre capacité à prendre soin d’un chien ?
  • Avez-vous un plan pour votre nouveau chien pendant les vacances et / ou déplacements de travail ?
  • Comment les personnes avec qui vous vous vivez vont réagir d’avoir un chien dans la maison ?
  • Êtes-vous intolérant aux poils, à la saleté et autres réalités à partager votre maison avec un chien, comme par exemple les allergies ?
  • Avez-vous ou votre entourage des problèmes de santé qui peuvent être affectés par un chien ?
  • Quelle race de chien sera la plus adaptée à votre mode de vie actuel ?
  • Y a t-il des tensions chez vous ? Les chiens absorbent rapidement le stress et il peut aggraver leurs problèmes de santé et/ou de comportement.
  • Y a t-il un adulte dans la famille qui a accepté d’être l’ultime responsable de la garde du chien ?




Ensuite, il faut aussi prendre en considération les éléments ci-dessous :

Qu’attendez-vous de partager avec votre chien  ? Par exemple, voulez-vous faire de la course à pied ou de la randonnée, ou bien regarder la télévision ?
Si vous songez à adopter un jeune chien, avez-vous le temps et la patience d’éduquer un chien ? (Plus d’informations sur l’éducation des jeunes chiens)
Avez-vous réfléchi vie soigneusement pour déterminer si un jeune chien ou un chien plus vieux serait le plus facile pour vous ?
Pouvez-vous éduquer et gérer un chien avec des problèmes de comportement ou êtes-vous à la recherche d’un chien facile à vivre ?
Avez-vous besoin d’un chien qui sera fiable avec des enfants ?
Voulez-vous un chien qui vous suit partout ou préférez-vous un caractère moins collant, plus indépendant ?

Penser à la taille du chien :

taille-chien

  • Quelle taille de chien vous pouvez accueillir dans votre maison ?
  • Aurez-vous d’avoir assez de place si votre chien grandi plus que prévu ?
  • Quelle est la taille d’un chien avec laquelle vous pouvez voyager confortablement ?

Le coût d’un chien

Il y a des chances que le centre ou vous allez adopter va vous facturer des frais pour aider à défrayer la prise en charge des animaux sans-abri ou perdus.
Les frais d’adoption que vous payez sera une infime partie de l’argent que vous allez dépenser sur la vie de votre chien.
Vous devrez peut-être payer pour votre chien adopté afin qu’il soit castré ou stérilisé.
Certaines dépenses sont obligatoires pour tous les chiens, y compris :

  • Aliments
  • Soins vétérinaires de routine
  • Colliers, laisses…
  • Matériel et fournitures de toilettage de base
  • Les autres dépenses ne peuvent être nécessaires, mais sont fortement recommandés :
  • L’identification permanente, comme une puce électronique ou tatouage
  • Les cours de formation
  • Fournitures de toilettage supplémentaires ou toilettage professionnel (selon les besoins de votre nouveau chien)
  • Un collier de rechange ou laisse
  • Un lit et des jouets
  • Une caisse ou un lit

Coûts imprévus :

  • Les accidents
  • La maladie qui peuvent entraîner des soins vétérinaires d’urgence coûteux.

 

 

Raisonner l’usage de la punition

Chez un chiot, la punition en cas de malpropreté doit toujours être raisonnée et ne jamais se produire a posteriori.

Si on constate un « oubli », il faut le nettoyer hors de la vue du chiot, qui risquerait de prendre cet exercice pour un jeu, et proscrire l’eau de Javel, dont l’odeur est attirante pour lui.

La punition (un simple « non» d’un ton ferme est suffisant) n’est valable que si le chiot est pris en flagrant délit. Elle doit alors être immédiate, et l’animal conduit à l’extérieur pour finir d’y faire ses besoins. S’il y arrive, il faudra le féliciter.

En dehors de la propreté, la punition au cours de l’éducation est de plus en plus controversée.



De nombreuses études privilégient aujourd’hui le renforcement positif et l’usage de la récompense et proscrivent toute action répressive envers l’animal, car elle ne ferait que renforcer les comportements indésirables ou favoriser les attitudes de peur et d’agressivité.

Promener souvent un chiot

L’apprentissage de la propreté chez un chiot peut durer de quelques jours à quelques mois.

Avec un chiot, l’acquisition de la propreté nécessite un véritable apprentissage. Pour l’inciter à être propre, quelques règles sont bonnes à connaître, comme ne pas distribuer
mais à l’inverse, retarder au maximum la dernière sortie du soir.

Les promenades doivent être très fréquentes au début, avec des félicitations appuyées et exagérées quand le chiot fait ses besoins à l’extérieur.
Les capacités de rétention de la vessie d’un chiot ne dépassent pas une heure à l’âge de 8 semaines.
La nuit, cependant, il est capable de «se retenir» deux à trois heures. On pourra conseiller aux propriétaires de se tourner vers des cages de transport pour y faire dormir le chiot. Des études ont en effet démontré leur intérêt, tout au moins pour la nuit, le chiot étant moins enclin à s’oublier à l’endroit où il dort.




chien-pip
Certains propriétaires préféreront opter pour des tapis d’hygiène, qui peuvent être utiles si leur utilisation est raisonnée (réserver leur usage à la nuit, par exemple). Selon les chiens, cette période d’apprentissage peut durer de quelques jours à quelques mois mais on estime qu’un chiot doit être propre entre 3 et 5 mois.

Si la propreté est sans doute le point qui motivera le plus de questions des nouveaux adoptants, il faudra aussi avoir en tête un panorama global de la vie avec votre animal et les mesures de prévention à prendre dès le plus jeune âge.

Bien accueillir un jeune animal !

Être nouveaux propriétaires de jeunes chiens, surtout s’il s’agit de la 1er fois, nous sommes souvent avides de conseils éducatifs concernant votre petit protégé, en particulier en ce qui concerne l’acquisition de la propreté et la socialisation.

Ils est important d’avoir les bonnes recommandations dans ses domaines.  N’hésitez pas à solliciter l’éleveur ou le vendeur de l’animalerie sur ses points.

Il convient donc de bien être guider dans ce moment crucial, qu’il s’agisse d’alimentation, d’éducation ou de santé.

Il faut éviter de trop les solliciter quand ils arrivent dans leur nouvelle habitation et leur laisser le temps de s’adapter et de prendre leurs repères. Le mieux est de les placer dans un endroit calme et isolé, à l’abri de toute sollicitation.
Certaines priorités éducatives devront vous êtes inculquées, notamment la propreté, car c’est un point qui conditionne la bonne relation avec votre animal.
Selon les chiens, cette période d’apprentissage peut durer de quelques jours à quelques mois mais on estime qu’un chiot doit être propre entre 3 et 5 mois.
Si la propreté est sans doute le point qui motivera le plus de questions des nouveaux adoptants, il faudra aussi leur présenter un panorama global de la vie avec leur animal et des mesures de prévention à prendre dès le plus jeune âge.

veterinaire-chiot
Bien sûr, la consultation d’un vétérinaire est incontournable pour mettre en œuvre les programmes de vaccination et de vermifugation appropriés. Il ne faut pas oublier qu’un jeune animal devra, par exemple, être vermifligé tous les mois jusqu’à l’âge de 6 mois. L’ application d’antiparasitaires externes est également à conseiller, en vérifiant bien que les molécules sont adaptées à l’animal.



 

Grandir en jouant

Outre les conseils sanitaires et éducatifs, il ne faut pas oublier que le jeu est primordial chez le chiot. C’est souvent par son intermédiaire que se fera l’éducation. Arbres à chat,jeux interactifs, distributeurs ludiques de croquettes… dans ce domaine, le panel de produits disponibles est large. Pour les chiots, on pourra également vous conseiller des os à mâcher ou oreilles de porc, souvent très appréciées, qui éviteront le mâchonnement d’autres objets dans l’habitation !
De même, au rayon alimentaire, on pourra vous orienter vers des friandises étudiées pour les chiens, qui faciliteront les apprentissages.

Le jeu est indispensable à l'épanouissement d'un chiot.

Le jeu est indispensable à l’épanouissement d’un chiot.

Bien se sentir chez soi

Il existe également différents dispositifs pour aider l’animal à se sentir bien dans son nouveau foyer, comme les diffuseurs de phéromones, qui pourront également être conseillés en cas de troubles de la propreté persistants ou de comportement craintif.

Assurance Santé

Enfin, pour pallier toute mauvaise surprise financière, on pourra conseiller aux propriétaires de souscrire une assurance santé animale qui, selon la formule choisie, les mettra à l’abri des frais inattendus inhérents à de possibles accidents ou maladies.